09:42

Vacances de Noël 2020 au Pouldu

by , in


Découvrez bientôt les animations imaginées pour les familles à l'occasion des vacances de Noël !
La Maison-Musée du Pouldu est actuellement fermée. Ouverture ponctuelle selon la programmation aux vacances de Noël.
13:22

Vacances d'automne. Des animations pour les enfants

by , in
Mercredi et jeudi à 15h45 : "Raconte-moi Gauguin" pour les 3-6 ans (lecture de contes, puzzle, coloriage).
Mercredi et jeudi à 16h30 : "Mon petit carnet de peintre" dès 7 ans.
Mercredi à 14h30 : visite guidée, tout public, durée 1h.
18:28
by , in
Entrée gratuite de 11h à 19h. Visites flash à 11h30 - 12h15 - 15h - 15h30 - 16h - 16h45 - 17h15 - 17h45 et 18h. Durée : 15 minutes.
19:04

Planning visites guidées

by , in

Attention il n'y aura pas de visite guidée samedi 7 septembre à 11h30. Merci de votre compréhension
12:29

Promenade commentée du Pouldu les jeudis 5 et 12 sept. à 16h

by , in
Exceptionnellement la promenade commentée du Pouldu aura lieu les jeudis 5 et 12 septembre, de 16h à 18h (et non le vendredi). Réservation au 02 98 39 98 51
14:57

Horaires des visites guidées / semaine du 26 juillet au 1er septembre 2019

by , in

La Maison-Musée du Pouldu se visite en autonomie tous les jours de 11h à 19h avec la tablette numérique ou le livret de visite. Des visites guidées sont également proposées à 11h30 le mardi 27 août, le mercredi 28 août, le jeudi 29 août et le vendredi 30 août. 

Attention pas de visite guidée le lundi 26 août, le samedi 31 août et le dimanche 1er septembre. Pas de visite flash le samedi 31 août et le dimanche 1er septembre.

Merci de votre compréhension.
12:39

L'art s'invite à Clohars-Carnoët

by , in




En ce moment, des collages colorent une douzaine de bâtiments situés un peu partout sur la commune de Clohars-Carnoët. Ces silhouettes grand format, issues de tableaux célèbres peints au Pouldu ou à Doëlan fin XIXe - début XXe siècle, surprennent et interpellent promeneurs et automobilistes. Intitulé "Les éphémères", cet événement est à découvrir librement et à n'importe quel moment. 
11:44

Ateliers artistiques à destination des familles

by , in

Pendant les vacances estivales, venez expérimenter ensemble différentes techniques : peinture, pastel, dessin, cyanotype, croquis, collage, tissage...
Tous les mardis et mercredis, à 16h. Durée : 2h. 
Sur réservation au 02 98 39 98 51.
17:21

Promenade "à la découverte du Pouldu"

by , in
2 heures de promenade pour découvrir l'évolution de la petite station balnéaire du Pouldu, de la fin du XIXe siècle jusqu'à nos jours. 

Du 16 juin au 22 septembre, chaque vendredi à 16h, au départ de la Maison-Musée du Pouldu. Sur réservation au 02 98 39 98 51. 
Tarif : 5€ ; gratuit pour les moins de 16 ans, demandeur d'emploi, personne en situation de handicap et accompagnateur.
La balade est annulée en cas de pluie et si moins de 4 participants.
16:09

Bravo les enfants !

by , in

Voici les belles réalisations des enfants à l'issue de l'atelier collage du mercredi 31 juillet.
Ateliers artistiques animés par Mallaurie, pour les enfants dès 5 ans (accompagnés au moins d'un parent), tous les mardis et mercredis à 16h pendant les vacances d'été.

Sur inscription au 02 98 39 98 51
14:44

Le Pouldu inspire les artistes étrangers

by , in
Ce soir à 18h à la chapelle Saint-Jacques, rencontre autour de l'artiste allemand Seligmann et des artistes étrangers au Pouldu. Américains, Canadiens, Polonais ou bien encore Hollandais ont été nombreux à puiser l'inspiration dans les paysages dunaires de ce petit bout de côte finistérien.
12:44

RDV au manoir de Kernault !

by , in
12:32

Prochains ateliers artistiques

by , in



Prochains ateliers : mardi 30 juillet atelier portrait et mercredi 31 juillet atelier collage
Sur réservation au 02 98 39 98 51
12:11

25 juillet / événement autour de l'exposition A.O. Seligmann

by , in
Jeudi 25 juillet, à 18h, chapelle Saint-Jacques
Le Pouldu a attiré de nombreux artistes étrangers. Cette exposition rend hommage au séjour de l'un d'entre eux, le peintre-graveur allemand Adolphe Otto Seligmann. 
La Maison-Musée du Pouldu vous propose une rencontre autour de Seligmann et des artistes étrangers au Pouldu. Sur réservation au 02 98 39 98 51 (entre 11h et 19h).
12:01

Visite guidée annulée jeudi 25 juillet

by , in
Attention, jeudi 25 juillet la visite guidée de 11h30 n'aura pas lieu. Merci de votre compréhension.
18:47

Atelier cyanotype

by , in

Prochaines dates : mardi 13 août et mercredi 28 août
Sur réservation
Le cyanotype est un procédé photographique qui permet d'effectuer un tirage par contact. La lumière du soleil marque une empreinte grâce à la chimie qui devient bleu de Prusse.
En collectant différents végétaux dans le jardin de la Maison-Musée et sur la plage, composez votre propre petit herbier monochrome.
14:39

Atelier "Monotype sans gravure"

by , in


Prochaines dates : mercredi 24 juillet, mercredi 7 août, mercredi 27 août
Découvrez une technique d’impression à tirage unique à la Maison-Musée. L’atelier « monotype sans gravure » vous propose de vous initier à cette technique en reproduisant l'œuvre d'un peintre synthétiste.
Durée : 2h, sur réservation au 02 98 39 98 51
Tarif : un adulte / un enfant : 10€ (2€ par enfant supplémentaire)

12:10

Initiez-vous à la nature morte

by , in

Prochaines dates : mardi 23 juillet et mardi 20 août

Les ateliers artistiques de l’été vous font découvrir un genre majeur de la peinture : la nature morte. Venez composer et peindre votre nature morte en utilisant des fruits, des légumes, des fleurs et les divers objets de la Maison-Musée.
Durée : 2h, sur réservation au 02 98 39 98 51
Tarif : un adulte/ un enfant : 10€ (2€ par enfant supplémentaire)

15:08

Rencontre autour de Seligmann et des artistes étrangers au Pouldu

by , in


Autour de l’exposition « A.O. Seligmann, un peintre allemand au Pouldu », découvrez l’histoire de ce peintre, des photographies inédites mais également quelques peintures du Pouldu réalisées par d'autres artistes étrangers du Pouldu (Américains, Polonais, Hollandais, Irlandais...).
Les jeudis 18 et 25 juillet, 1er et 8 août à 18h à la chapelle Saint-Jacques
Durée : env. 1h ; compris dans le droit d’entrée de l’exposition
Sur réservation au 02 98 39 98 51

12:01

Atelier Tissage

by , in

Prochaine date : mercredi 21 août 
Pour la fabrication des toiles, des voiles et des vêtements, les Breton(nes) teillaient le lin puis le tissaient. A vous de jouer à l'apprenti tisserand en vous inspirant d’un paysage de Charles Filiger !
Durée : 2h, sur réservation
Tarif : un adulte/ un enfant : 10€ (2€ par enfant supplémentaire)

11:47

Atelier « Flipbook »

by , in


Prochaine date : mardi 6 août
Connaissez-vous le Flipbook ? C'est un bloc de papier qui en le feuilletant dévoile une scène animée. Vous personnaliserez ainsi un tableau des peintres synthétistes en ajoutant un élément qui se déplacera d’image en image.
Durée : 2h, sur réservation au 02 98 39 98 51
Tarif : un adulte/ un enfant : 10€ (2€ par enfant supplémentaire)

15:22

"Les éphémères" pour les 30 ans de la MMP

by , in
Progressivement des silhouettes colorent les murs de la commune.
L'ange, au Bas-Pouldu, est extrait de la tempera sur plâtre "Le génie à la guirlande" ou "L'ange à la guirlande" de Charles Filiger, un dessus-de-porte de la salle à manger de la Buvette de la Plage de Marie Henry, daté du 8 décembre 1892. L'oeuvre se trouve aujourd'hui au musée des beaux-arts de Quimper.

L'oie sur la maison verte, place de l'église, au bourg de Clohars-Carnoët, est extraite de la peinture sur plâtre "L'Oie" de Paul Gauguin,1889, musée des beaux-arts de Quimper.

Le personnage féminin sur le feu aval vert du port de Doëlan est extrait d'une huile sur carton de Jean-Bertrand Pégot-Ogier appelée "Le Pouldu Marianne Landeau" (vers 1913), en collection particulière.

Les deux jeunes filles sur la rive gauche du port de Doëlan sont extraites de l'huile sur toile "Petites Bretonnes devant la mer" de Paul Gauguin, 1889, au musée national d'art occidental de Tokyo (collection Matzukata).

Le personnage masculin sur le mur de la Coopérative maritime (sur la façade arrière du magasin Comptoir de la mer), rive droite, à Doëlan est extrait du tableau "Jeune pêcheur de Doëlan" (vers 1897) de Wladyslaw Slewinski, conservé à la galerie nationale des beaux-arts de Lviv, en Ukraine.

Les deux jeunes filles sur le mur de l'école publique de Saint-Maudet sont extraites du tableau "Les Saules" ou "Paysage de Bretagne avec des vaches" (1889) de Paul Gauguin, au musée nationale d'Oslo, Norvège.

D'autres suivront prochainement...



10:32

Atelier « collage »

by , in


Prochaines dates : mercredi 31 juillet, mercredi 14 août 
Venez découvrir la technique du collage à travers le prisme des œuvres synthétistes. L’atelier se déroule en deux temps : on effectue d'abord un croquis de paysage à l’extérieur, puis en atelier, à partir de son croquis, on compose le collage grâce à des papiers colorés.
Les ateliers artistiques des mardis et mercredis
Durée : 2h - sur réservation à la MMP
Tarif : 1 adulte et 1 enfant : 10 € (2 € par enfant supplémentaire)

10:22

Découvrez l’art du portrait

by , in

Prochaine date : mardi 30 juillet

Durant l’été, venez en famille à la Maison-Musée du Pouldu découvrir les techniques du portrait. On commence à aborder ce genre particulier grâce à trois techniques différentes. Puis, en s’inspirant des œuvres de Meijer de Haan, Paul Gauguin et Charles Filiger, l'enfant dessine aux pastels le portrait de son parent (papa, maman, grand-père, grand-mère, frère...) et le parent dessine celui de l'enfant.
Les ateliers artistiques, les mardis et mercredis
Durée : 2h - sur réservation à la MMP
Tarif : 1 adulte et 1 enfant : 10 € (2 € par enfant supplémentaire)


17:07

Promenade "À la découverte du Pouldu"

by , in


À partir du 21 juin et jusqu’au 22 septembre, suivez chaque vendredi à 16h la visite « À la découverte du Pouldu » en compagnie d’une guide.
Une promenade pour découvrir la petite station balnéaire du Pouldu, de la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours, marquée par le passage de Gauguin. Vous explorez le patrimoine balnéaire, maritime, militaire et artistique du Pouldu entre belles villas, hôtels et littoral.
Durée de la visite : 2h
Tarif : 5€, gratuit pour les –16 ans, demandeur d’emploi, personne en situation de handicap et accompagnateur.
Départ de la Maison-Musée
Sur réservation jusqu’au vendredi midi

11:50
by , in


Passage à l’heure d’été.
La Maison-Musée du Pouldu ouvre ses portes pour la haute saison du 15 juin au 22 septembre. 
Retrouvez-nous tous les jours de la semaine de 11h à 19h. 
Visites guidées, visites flash, promenades commentées et à partir du 1er juillet, l'animation "Mon petit carnet de peintre" dès 7 ans, le conte-atelier "couleurs & formes" pour les 3-6 ans et les ateliers artistiques dès 5 ans.
15:39
by , in

Visite couplée "Dans les pas de Tal Coat... De Doëlan au Musée de Pont-Aven" - Partenariat Maison-Musée du Pouldu / Musée de Pont-Aven
Participez à une balade sur les traces de Tal Coat à Doëlan, avant de suivre une visite flash au Musée de Pont-Aven sur l'exposition temporaire "Tal Coat (1905-1985) - En devenir".
15h30 > 17h30 : visite accompagnée à Doëlan par Maud Naour, responsable de la Maison-Musée du Pouldu. Durée : 2h. Départ : devant la capitainerie, rive droite, port de Doëlan.
19h00 : visite flash de l'exposition temporaire "Tal Coat (1905-1985) - En devenir" par Stéphanie Derrien, médiatrice culturelle au Musée de Pont-Aven. Durée : 30 minutes, au musée de Pont-Aven.
Réservation obligatoire www.museepontaven.fr, 25 personnes maximum.

La balade "Sur les pas de Tal Coat" est proposée tous les lundis d'été à 10h30.
Durée : 2h. Tarif : 5€ (à payer sur place en espèces). Gratuit pour les moins de 16 ans, demandeur d'emploi, personne en situation de handicap et accompagnateur.
Sur réservation jusqu'au dimanche 17h au 02 98 39 98 51.
15:33

ÉCLAIRAGE SUR LA « CHAUMIÈRE D’HÉLÉNA » - Village de Kerluron - Le Pouldu

by , in

Petite maison autrefois isolée dans les dunes de Bellangenêt, la maison dite d'Héléna a souvent été un sujet d'inspiration pour les artistes de passage au Pouldu. Découvrez ici son histoire et celle de sa propriétaire. 

La maison d’Héléna apparaît dans plusieurs œuvres de la fin du XIXe - début du XXe siècle, associées à l’École de Pont-Aven. Parmi elles, il convient de citer « Chaumière au Pouldu », de Wladyslaw Slewinski (Musée des Beaux-Arts de Wroclaw, Pologne), « La chaumière aux trois mares », de Paul Sérusier (collection particulière), ou encore « Le lavoir d’Héléna (Le Pouldu) », d’Adolphe-Marie Beaufrère. 
Le paysage faisant de la maison d’Héléna son sujet principal est un véritable condensé du Pouldu de l’époque. Une chaumière isolée au fond d’une anse sablonneuse, une barrière à claire-voie fermant le courtil, un cours d’eau à proximité alimentant lavoir, abreuvoir et mares, des murets de pierres sèches qui bordent les chemins, les pâtures et les terres cultivées, les hautes dunes, les bosquets de pins et la lande. Vue de face ou de côté, selon un point de vue plus ou moins éloigné, la maison d’Héléna est immédiatement identifiable. La façade orientée nord-est a la préférence des artistes. Le jour n’y pénètre que par la porte d’entrée et une petite fenêtre située juste au-dessus, la gerbière, qui échancre joliment le toit de chaume. Près de l’entrée, le toit s’abaisse pour couvrir une annexe accolée au mur. Ce « déport » servait généralement d’appentis, d’abris pour le bétail et de poulailler. Sur la façade opposée, plus ensoleillée, on devine dans de rares œuvres une seconde porte gerbière. La maison présente des pignons découverts. Chaque pignon portant une souche de cheminée. 

Longtemps, Kerluron fut un village composé d’une seule habitation, la maison d’Héléna. Mais il existait à proximité, sur la pointe rocheuse qui surplombe à l’ouest la plage de Bellangenêt, une autre construction, le corps de garde des douaniers. Sa toiture à redents était constituée de blocs de pierres taillées assemblés en escalier. Un appentis d’une hauteur au faîtage inférieur lui était accolé sur son pignon ouest. Le corps de garde de Bellangenêt, endommagé par des tirs d’artillerie à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, fut reconstruit par les propriétaires du site. Le choix d’un point de vue distant offrait la possibilité aux artistes d’associer, au sein d’une même composition, la maison d’Héléna à celle des douaniers en arrière-plan. Pour jouir d’un tel paysage, il fallait se placer sur les hauteurs de Kernévénas. 

Qui était Héléna? Héléna Marie Le Guennou est née au bourg de Clohars-Carnoët, le 14 avril 1878. Elle est la fille de Pierre Marie Le Guennou, originaire de Kerzause, âgé de 30 ans, et de Marie Josèphe Kerdelhué, originaire de Kerjorde, âgée de 24 ans. Le registre d’état civil donne ses parents pour « cabaretiers » dans le bourg de Clohars. À cette époque, il n’est pas exceptionnel d’exercer simultanément ou successivement plusieurs activités dans les domaines de la mer, de l’agriculture, de l’artisanat ou du petit commerce. Les parents d’Héléna ne dérogent pas à la règle. L’inscription de leurs neuf enfants au registre des actes de naissance nous renseigne ainsi sur leurs diverses professions : pêcheur, cabaretier, marin (cap-hornier) pour le père. Ramendeuse, filandière, cabaretière, ménagère pour la mère. Héléna est le second enfant de la fratrie. Elle y tient le rang de grande sœur. Son frère aîné, Pierre, est né 15 mois plus tôt. 

Héléna est-elle indissociable de Kerluron ? Si elle n’y est pas née, elle y passe la plus grande partie de sa vie. Mais avant de s’installer dans ce havre naturel, Héléna a vécu à la Croix de Kervec. Ses parents ont élu domicile dans ce village, situé entre Langlazic et Doëlan, après leur mariage, célébré le 14 novembre 1874. Deux ans plus tard, Marie Josèphe Kerdelhué donne naissance à son premier enfant, un garçon, prénommé Pierre Marie Gabriel Le Guennou. La transmission des prénoms au premier-né est en usage. Le père d’Héléna a ainsi hérité des prénoms de son propre père, Pierre Marie Le Guennou, cultivateur et tisserand. Le 20 août 1879, Héléna accueille une petite sœur, Marie. Malheureusement, la jeune enfant décédera à l’âge de quatre ans et demi. Au recensement de 1881, Héléna vit encore à la Croix de Kervec entourée de ses grands-parents maternels, René Kerdelhué et Perrine Le Corre, de sa mère, de son grand frère Pierre et de sa petite sœur Marie.

Son père est absent, probablement en mer. Puis, la famille déménage à Pont Du, et, le 3 avril 1885 naît le quatrième enfant du couple, Joseph Marie. Héléna va fêter ses sept ans dans une dizaine de jours. À Pont Du, la fratrie continue de s’agrandir avec la venue de François Louis en 1887, de Marie Joséphine en 1889, puis de Perrine Marie en 1891. La même année, Héléna est domicilié au Pouldu, à Kerluron, chez son grand-père paternel, Pierre Le Guennou. Le recensement ayant lieu tous les cinq ans à cette époque, on en déduit qu’Héléna est partie vivre au Pouldu entre 1886 et 1891. Son grand-père s’est installé, quant à lui, à Kerluron entre 1847 et 1851. Ou plutôt Kerliron, comme on l’appelait alors. Cette dénomination apparaît encore dans les registres du recensement de 1896.

Héléna sera rejointe plus tard, entre 1893 et 1896, par ses parents et ses six frères et sœurs, car la famille compte un enfant supplémentaire, Robert Jean Marie. Il est probable que leur arrivée fait suite au décès de l’épouse du grand-père, Marie Marguerite Le Corre. Il l’avait épousé en second mariage, en 1875, devant l’adjoint au maire, Laurent Brangoulo. La modeste chaumière du Pouldu abrite alors une famille de dix personnes. Le petit dernier, Michel, y naît le 23 juillet 1897.

Treize jours plus tard, à 43 ans, Marie Josèphe Kerdelhué meurt à Kerluron, sans doute des suites de couches, laissant Pierre veuf, à 49 ans, avec huit enfants : Pierre, Héléna, Joseph, François, Joséphine, Perrine, Robert et Michel. À ce moment-là, Héléna a 19 ans et le grand-père, 82 ans. Assurément, cette grande sœur endosse le rôle de mère avant même de pouvoir se marier. D’autant plus que le chef de famille, marin de profession, est très souvent absent. Finalement, Héléna se marie le 1er avril 1907, à l’âge de 28 ans, avec Pierre Marie Joseph Audren, 24 ans, un marin d’État originaire du village de Kervennou-Pouldu.  Trois mois après leur mariage, le grand-père d’Héléna décède, à l’âge très avancé de 92 ans. Héléna aura deux enfants, d’abord une fille, Hélène, en 1912. Puis, un garçon, Joseph, en 1920. Ces derniers ont vécu à Kerluron, dans une maison familiale remaniée et agrandie. Héléna s’éteint le 13 juin 1941 à Kerluron, à l’âge de 63 ans. Soit treize ans avant son époux.

Maud Naour
Responsable de la Maison-Musée du Pouldu




















ill. 1 : Adolphe Otto Seligmann, [La chaumière d'Héléna]

ill. 2 : Pierre Marie Le Guennou, né le 28 octobre 1847 à Kerzause. Décédé le 21 juillet 1930 à Kerluron, à l'âge de 82 ans. Le père d'Héléna.
ill. 3 : Les époux Audren, Héléna et Pierre, avec leurs enfants, Hélène et Joseph, vers 1922.
ill. 4 : Photographie prise par le peintre Adolphe Otto Seligmann (1862-1928). Autrefois les charrettes pleines de goémon ou de sable attelées à de robustes chevaux passaient devant la chaumière d'Héléna.









13:58

"Deux ouvrières de la mer"

by , in



Extrait du livre "La Petite plage", de Marie-Hélène Prouteau, La Part Commune, 2015. 
Sélection du prix J.-J. Rousseau 2016.
Disponible au Musée de Pont-Aven et dans toutes les librairies. 

Sur le tableau de Gauguin "Pêcheuses de goémon", 1889, coll. particulière

Deux femmes peinent dans les vagues sous un effort intense.

Je suis littéralement immergée dans le tableau de Gauguin « Pêcheuses de goémon ».

Deux vagues d’émeraude frangées d’écume blanche me sautent au visage. Grand air, vent furieux, paquets de mer jaillissent d’un coup et toute la maison dans la campagne nantaise retentit. Un arpent de deux vagues que le pinceau de Gauguin élargit à l’océan tout entier. C’est soudain mon finistère des sables qui fait une embellie inattendue dans ma journée.

Datée de 1889, cette gouache me parle de 1960. De saisons lointaines où je voyais les hommes sur la grève récolter le goémon à la force des bras. Le ballet de lignes de ma mémoire s’anime. Je me rappelle les chevaux sur le sable tirant les charrettes qui dégoulinent, pleines de longs rubans de laminaires. Bave aux mors, écume, sueur, la contrainte et l’effort se mêlent. J’entends des appels et des cris, des hennissements. Les animaux et les hommes collés à leurs flancs frémissent dans une même tension. Sur la dune, des femmes et des enfants étalent le goémon pour le faire sécher. Il servira d’engrais dans les champs ou sera vendu à l’usine d’iode.

Ces deux vagues poussent leur puissance explosive au creux de l’instant. Gauguin saisit des turbulences éruptives, il invente un volcan. On dirait que ses coulées vont engloutir les deux femmes. La crête des deux vagues s’élance en jets de lave qui griffent l’espace et me donnent le frisson. Celle à l’arrière-plan, plus haute que l’autre, est un énorme assaut qui remplit toute la toile. Elle a quelque chose de « La grande vague de Kanagawa » peinte par Hokusai. Le peintre japonais est passé dans la tête de Gauguin.

Le peintre a travaillé le mouvement au scalpel, l’a jeté au cœur vibrant du tableau. Par deux fois, deux vagues, deux pêcheuses : d’emblée entre elles, l’impression d’un corps à corps singulier. Pas de sable, pas de rocher, pas de nuages, pas de ciel. Seulement la mer et ces deux femmes. Des jeunes paysannes en coiffe noire, l’une de dos au premier plan, l’autre de face, qui vacillent, dans l’eau jusqu’aux cuisses, pour extraire de l’eau leur lourde charge. Chaque paysanne agrippe ses grosses mains fortes, poings serrés, sur un long râteau à goémon. Les corps s’activent, tous les muscles bandés, sous la tension extrême d’une masse invisible. Inclinés dangereusement, ils semblent près de tomber à la renverse. Ils dessinent les branches de l’invisible « v » qui charpente l’espace flottant, clignements de deux âmes résistantes. Autour des silhouettes, féminines et marines, un trait de couteau noir cerne les formes et cisaille la toile : c’est dire le combat sans merci. La vieille lutte avec la nature. Ici, on besogne la mer mais elle vous le rend bien, toujours prête à en découdre.

Torsions des vagues et torsions des corps se font un écho brutal. Le flot, menaçant, se dresse, les pêcheuses se cabrent. Agrégées au flux, ballottées mais lui tenant tête, présences vives, insoumises. Je sens la cadence de la fatigue dans leur sang. Je sens l’incroyable énergie des vagues. Au creux du flot, quand ça cogne moins fort, on attrape les algues au bout du râteau. Il faut saisir vite ce moment où ça faiblit, laissant un répit. Il faut biaiser avec sa force. Juste quelques secondes, avant le galop de la vague suivante. Sans relâche, pendant des heures.

Le vent glacé colle à la peau les vêtements trempés, les embruns mordent le visage. Au bout des râteaux, ça pèse comme du plomb. La paysanne qu’on voit de face se crispe dans la douleur, serre les mâchoires, raidit les poings. Elle tangue. Elle a peur, ses yeux le disent. Oh ! Cette masse d’eau où le cœur se noie. Peut-être hurle-t-elle mentalement devant cette muraille liquide qui oscille sans arrêt ? Il faut avoir l’âme bien accrochée, on se sent toute petite face à ce tollé des vagues. On n’est pas à l’abri d’une vague trop forte.

L’autre paysanne, peinte de dos, harponne une masse d’algues qu’on devine seulement sans la voir. Gauguin n’a pas représenté le goémon sur sa toile. Comme si cette précaire récolte pour vivre de peu, là où il y a peu, lui importait moins que ces heures de lutte acharnée avec la mer.

Ces femmes sont du peuple anonyme de paysans-pêcheurs et de paysannes qui venaient aux plages pour d’autres bénéfices que les bains de mer. C’était un labeur de misère où l’on risquait sa vie à la gagner.

J’essaie d’imaginer. Quels auront été les rêves de ces sœurs goémonières ? Y a-t-il eu place pour le ciel étoilé dans cette vie rude reçue en dot ? Les vagues ne m’en ont rien dit. Quand la vie est difficile, rêver est peut-être un mot de trop.

La « grande vague » de Gauguin m’a emmenée un instant. J’aime comme il peint sa puissance farouche, indifférente aux hommes, à leurs peines et à leurs maux. J’aime comme il capte le secret obstiné des humbles voués à la violence de la mer : serrer les poings sur les râteaux qui tirent le fardeau de la dure nécessité.

Marie-Hélène Prouteau